Résultat de l’enquête de Swiss Life

La France s’apprête à vivre la réforme de la retraite actuellement. Face à cette circonstance, la Swiss Life, groupe spécialisé dans l’assurance des personnes, a réalisé une enquête LH2 auprès des gérants de PME. La Swiss Life s’y est engagée pour mettre en évidence les responsabilités des entrepreneurs dans la préparation des retraites. Sur les dirigeants d’environ 200 PME partenaires, 67 % portent un intérêt pour les débats sur la retraite, 77 % ne participent pas au débat sur la retraite de leurs collaborateurs et 19 % ont mis à disposition de leurs employés une épargne retraite subsidiaire.

Apports de l’enquête

Le rapport de l’enquête met en évidence l’intérêt des dirigeants d’entreprise pour l’actualité sur la retraite sans pour autant s’impliquer pour aider le cas de leurs salariés en matière de préparation de retraite. L’étude montre aussi les grands obstacles à la mise en place d’une épargne retraite en entreprise, et aide les dirigeants à utiliser ce plan retraite comme un instrument de gestion des ressources humaines. En effet, en promouvant cette épargne retraite, le dirigeant d’entreprise pourra mieux attirer et fidéliser les employés, ou encore gagner le titre honorifique d’entreprise responsable socialement.

Retraite des collaborateurs

Selon le rapport, uniquement une entreprise sur cinq propose à ses employés un dispositif de retraite supplémentaire. Cela est dû au fait que, d’une part, les régimes obligatoires ne l’imposent pas et, d’autre part, les dirigeants et les collaborateurs ne communiquent pas ou peu entre eux sur la question de la retraite. La solution à la retraite des collaborateurs serait un cadre légal davantage simplifié avec des intérêts sociaux plus attirants. La volonté d’action des dirigeants en faveur d’une épargne retraite supplémentaire et une bonne information des employés concernant ce dispositif est également de mise.

Retraite des dirigeants

Les dirigeants eux aussi se sentent concernés par le débat sur la retraite. C’est la raison pour laquelle la majeure partie des dirigeants sont tentés de compléter leur retraite. Les différentes attentes des dirigeants en matière de retraite sont de meilleures conditions sociales et fiscales et légales. Actuellement, 67 % des dirigeants ont déjà opté pour une retraite supplémentaire par le biais d’une leur assurance vie courante ou un contrat Madelin. Mais en réalité, ces dirigeants ne connaissent pas tout à fait le montant effectif de leur retraite, d’où leur besoin d’un accompagnement personnalisé dans ce domaine.

Il ne faut surtout pas se leurrer en termes de retraite. Il ne faut pas tomber sous le charme de « solutions miracles », car il n’y en a pas. Pour bien affronter la retraite, tout un chacun devrait prendre ses responsabilités, que ce soit l’entrepreneur, le salarié, le syndicat, l’assureur et le décideur public.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :