Création societe offshore

Qu’est-ce qu’une création de société offshore ? A quoi sert-elle, et comment peut-on l’utiliser ? Quelles sont les implications d’une création de société offshore ?

Une création de société offshore revient à enregistrer son siège social à l’étranger, dans l’un des nombreux paradis fiscaux et financiers qui existent actuellement. Le Luxembourg, Hong Kong, Malte ou les Bahamas font partie des paradis fiscaux recensés par le FMI, mais on peut également citer les Seychelles, le Ghana ou les Pays-Bas. En fonction de son secteur d’activité, ainsi que de critères de proximité géographique ou de stabilité politique et économique, la création d’une société offshore s’orientera de préférence vers des paradis fiscaux situés en Europe ou dans d’autres régions du monde.

La création d’une société offshore permet de délocaliser une activité, afin de bénéficier d’avantages fiscaux et, le plus souvent, d’un solide secret bancaire. En France, la législation fiscale s’applique pour toute activité pratiquée sur le territoire ainsi qu’aux revenus de ses résidents. Une création de société offshore permet aux dirigeants de se partager les bénéfices sans qu’ils soient soumis à l’impôt, à condition toutefois qu’ils ne soient pas salariés de l’entreprise: les fonds, issus d’une activité pratiquée à l’étranger, et stockés sur des comptes étranger, ne sont pas concernés par la fiscalité française.

Une création de société offshore ne peut pas constituer une source de revenus unique. Les dirigeants doivent en effet pouvoir régler leurs dépenses quotidiennes (loyer, voiture, alimentation etc.) grâce à un salaire qu’ils déclarent en France, sous peine d’éveiller inutilement la suspicion du fisc. Il faut donc qu’ils disposent d’un emploi classique, éventuellement lié à leur création de société offshore via une filiale ou une entreprise indépendante.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :